Du 22 au 26 juillet 2019, le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Marou Amadou et les cadres du Ministère, ont accueilli une délégation du Burkina Faso, conduite par son Ministre de la Justice, René Bagoro.

26:Juillet

 

POINT DE PRESSE

Du 22 au 26 juillet 2019, le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Marou Amadou et les cadres du Ministère, ont accueilli une délégation du Burkina Faso, conduite par son Ministre de la Justice, René Bagoro.
Cette visite s’inscrit dans le cadre d’échanges d’expériences entre les autorités judiciaires de nos deux Pays, concernant le traitement des enfants recrutés et exploités par les groupes terroristes et extrémistes violents.
A l’instar de la plupart des Pays du Sahel,

le Burkina Faso et le Niger sont affectés par la problématique des enfants recrutés et exploités par les groupes terroristes et extrémistes violents. Au Niger un grand nombre d’enfants sont recrutés et exploités par le groupe Boko Haram. Les enfants peuvent devenir des instruments particulièrement dangereux aux mains de ceux qui les exploitent et être impliqués dans la perpétration d’infractions graves y compris des actes de terrorisme, des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité.
 Concernant les enfants associés au groupe Boko Haram, l’approche adoptée par notre Pays a été inspirée des droits  de l’enfant, tels qu’ils ressortent de la Convention sur les droits de l’Enfant et d’autres documents pertinents dont les principes de Paris de 2007. Lesdits principes rappellent qu’en de telles circonstances, les enfants doivent être considérés d’abord comme des victimes et non comme des auteurs présumés d’infractions. Les concernant il est souhaitable de recourir à des mesures autres que l’incarcération. Le but recherché étant leur libération et leur réinsertion au sein de la société et de leur communauté.
Au cours de cette mission, la délégation du Burkina Faso a visité les services suivants :
- Le Tribunal de Grande Instance Hors classe de Niamey   où des échanges très fructueux ont eu lieu avec, le parquet, les juges d’instruction, le juge des mineurs du Pôle Judiciaire Spécialisé en matière de lutte contre le terrorisme  ainsi que les services sociaux ;
- Le service central de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée chargé de mener les investigations en la matière avec une compétence nationale ;
- la Cour d’Appel de Niamey  et plus spécifiquement la chambre de contrôle et la chambre de jugement en matière de lutte contre le terrorisme ;
- la direction  de la protection judiciaire juvénile et de l’action sociale,  
- les centres de transit et d’orientation des enfants associés ou présumés associés à un groupe terroriste où ils bénéficient d’un accompagnement des services sociaux  et des activités d’apprentissage leur y sont dispensées, suivi d’une réintégration au sein de leur famille et de leur Communauté. Les enfants placés dans ces centres sont traités comme des victimes.  A ce sujet, il convient de préciser que le gouvernement du Niger et le système des Nations Unies ont signé le 15 février 2017, un protocole d’accord.
- les établissements pénitentiaires de Niamey et de Kollo où nos hotes ont porté une attention particulière aux mineurs détenus.
- La cellule Nationale d’entraide pénale et de coopération judiciaire ; à e niveau les points abordés avec la délégation avaient trait à la coopération judiciaire développée par notre pays avec plusieurs partenaires bilatéraux et multilatéraux, aux bonnes pratiques adoptées,  à l’organisation de la cellule qui se trouve être  la première créée dans la sous-région et enfin  à la gestion des dossiers.
Le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux se félicite de l’intérêt que les Pays de la sous-région en général et du Burkina Faso en particulier, portent à notre Pays au regard de l’expérience capitalisée et des bonnes pratiques développées en matière de traitement des dossiers des mineurs présumés associés aux groupes armés et terroristes.

Nos partenaires

ahjucaf.pngansi.pngcour_d_appel.pngcour_de_cassation.pngjuricaf1.pngpracc.png

La Justice au Service de Tous

Ministère de la Justice, BP : 466, Tél.: (+227) 20 75 27 20

Restez en contact avec nous